Restez connecté

viadeo rss

20ème MATINEE THEMATIQUE DU CES : FAUT-IL REVOIR L'ARTICULATION ENTRE POLITIQUE INDUSTRIELLE ET POLITIQUE DE SANTE ?

20ème Matinée thématique du Collège des Économistes de la Santé

.

Faut-il revoir l'articulation entre politique industrielle et politique de santé ?

Mardi 10 novembre 2020

9H à 12h30

en visio-conférence

 

La crise provoquée par la pandémie de Covid-19 est venue souligner les points de faiblesse et les limites du modèle économique des produits de santé. Largement fondé sur une logique marchande qui n'exclut pas une régulation publique spécifique, il est apparu, à la lumière de cette crise, fragilisé par cette disjonction entre une activité multinationale des firmes privées et une intervention publique principalement nationale. Cette fragilité est apparue tant au niveau des politiques de recherche industrielles qu’en matière de production industrielle.

Dès lors, il convient de s'interroger sur les leviers qui pourraient permettre de réconcilier logique sanitaire et politique industrielle.

La matinée sera organisée autour de deux tables rondes :

 

Table ronde n°1  : Quel modèle(s) économique(s) pour les produits de santé ?

Différents types de produits de santé semblent peu favorisés par le modèle marchand standard fondé sur l'initiative privée (R&D et production). Produits pour lesquels il est difficile de montrer une valeur ajoutée, produits faisant l’objet d’une forte pression sur les prix, produits de prévention qui sont délaissés par les firmes privées, par ailleurs conduites à des logiques de fabrication à moindre coût génératrices de délocalisation.

Faut-il envisager d'autres modèles économiques et lesquels ? : partenariat public-privé, réforme des questions de propriété industrielle (brevet…), incitations push and pull, politiques de prix…

 

Table ronde n°2Quels critères pour l'évaluation des produits de santé et la décision dans le contexte d’une réponse à un besoin public (sanitaire ou industriel) ?

 

Au-delà des critères actuels, qualité, efficacité, tolérance et parfois efficience quelle place faut-il donner à des critères de santé publique d'une part, d'ordre industriel d'autre part ?  Faut-il repenser le chapitre Intérêt de santé publique des dossiers de transparence ? Comment faut-il articuler ces différentes dimensions dans un processus de décision : modèle hiérarchique, modèle multi-critères ? Approche discrétionnaire ou systématique ?

 

 

INSCRIPTION                   PROGRAMME

 

 

INTERVENANTS

 

Erik BASEILHAC, Directeur Affaires Economiques et Internationales, Leem 

Pierre COCHAT, Président de la Commission de la Transparence de la HAS

Noël RENAUDIN, co-coordonnateur du CSIS

Marie CORIS, MC en Sciences économique, Université de Bordeaux, GREThA

Michael DANON, Directeur du Market Access et des Relations Institutionnelles du Groupe Pierre Fabre, représentant du G5 Santé

Mathilde GRANDE, cheffe du Service d'Evaluation des Médicaments, HAS

Margaret KYLE, professeur d'économie, MINES Paris Tech, Centre d'Economie Industrielle

Pierre LEVY, MC en Sciences économiques, Université de Paris Dauphine

Nora MOUMJID, MC en Economie de la Santé, Université de Lyon 1

Valérie PARIS, Présidente de la Commission de l'Evaluation Economique et de Santé Publique (CEESP)

Jean-Patrick SALES,  vice-président CEPS, section du médicament

Hans-Martin SPATH, MC en Economie de la Santé, Université de Lyon 1

Vincent VICARD, EconomisteResponsable du programme Analyse du commerce international, CEPII

Jérôme WITTWER, Professeur en Sciences économiques, Université de Bordeaux, Président du CES